"il n’y croit pas"

vendredi 25 novembre 2011, par Jean-Jacques Floret

jeudi 11 mars 2010, par JJ.Floret

"il n’y croit pas"

"J’essaye de convaincre un collègue de venir vous voir mais "il n’y croit pas"."
A quoi ne croit-il pas ce collègue ? Quel est donc son imaginaire à propos de ce dont vous lui parler ? Il me semble que ce qu’il exprime doit être autre et non dit, ou non posé consciemment par lui car sinon sous ce vocable de "croire" il y aurait des relents de superstitions, d’ignorance, peut être de peurs, ce qui est aussi possible, mais là je suis, en le posant, moi même dans un mode de pensée magique, comme si je pouvais savoir ce que signifie pour lui ce terme de ’croire". Il ne le sait peut être donc pas lui même encore.

Ignorance quand tu nous tiens...
Ce besoin de tout ranger dans des catégories, de classer, y compris ce dont on ignore à peu près tout, n’est-ce pas un mode de réaction commun et banal, une philosophie inconsciente d’un apriorisme ?

L’actualité nous montre de façon caricaturale des réactions basées sur une interprétation limitante d’un perçu ou d’un dit ou ouï-dire qui est filtré et déformé par "nos croyances" , c’est à dire tous ces à priori forgés par nos expériences, notre culture, et qui embrigadent nos choix et comportements.

La question est : comment comprendre ce que l’on ignore encore ou connait imparfaitement ?
Comment voir ce que l’on n’a pas encore décidé de voir ?

Hier je cherchais ma théière :o) je la pensais à tel endroit et je ne la voyais pas devant moi sur la table de la cuisine.
Et les lunettes sur le nez et que l’on cherche partout et que l’on ne trouve pas car sans lunettes...

La seule chose qu’il y a à croire en Médecine, qu’elle soit ostéopathique ou autre, est de croire en soi-même. Le reste,l’offre de chaque thérapeute, n’est qu’outil au service de mon potentiel personnel.

 

 

Retour